Hausse des tarifs d'énergie : rencontre avec Denis et Valérie Cluzel, à la boulangerie "Le Pétrin Versolien"

Rédigé le 20/01/2023


Suite aux annonces des hausses des tarifs d'énergie qui viennent s'ajouter à celles des matières premières depuis plus de 2 ans de façon régulière, nous avons rencontré Denis Cluzel boulanger depuis 1982.

Sur la vitrine à côté de la caisse Denis Cluzel a présenté sur un panneau, les différentes augmentations des matières premières pour la confection de ses produits. Aujourd'hui un gros souci vient s'ajouter à ces augmentations : celui de l'électricité.

"Mon contrat actuel d'électricité avec EDF s'est arrêté au 31/12/2022. Jusqu'à maintenant je n'avais jamais changé, cela se faisait par tacite reconduction. Au niveau de la consommation électrique on était sur une moyenne de 1000 € par mois jusqu'à maintenant en sachant que la facture qu'on reçoit en décembre est celle de la consommation du mois de novembre. Sur les factures entre la consommation et le paiement on a un décalage de 2 mois. Aujourd'hui je facture mon pain sur une base d'électricité de décembre. On nous annonce qu'on va passer de 12,5 à 58 cts le KW/H pour les nouvelles factures. On a un délai de dénonciation de notre contrat de 45 jours et on nous annonce l'augmentation 30 jours avant la fin du contrat.... Il y a une incohérence totale. Est-ce qu'il faut passer à un autre fournisseur ? Quelles sont les garanties de services ? Ce sont toutes ces questions qu'on se pose. On est dans le néant.

En 2015 suite aux inondations, on a regroupé toute la fabrication dans les locaux de St-Affrique. Je me suis posé la question de rester en four à l'électricité, au fioul ou au gaz. Jusqu'à maintenant les augmentations des énergies se valaient mais aujourd'hui on est dans une méconnaissance de la hausse du prix de l'électricité et en plus vient s'ajouter une concurrence déloyale du gaz et du fioul qui n'ont pas subi la même augmentation et la concurrence des autres fournisseurs. On n'a aucune viabilité sur l'avenir. Comment fait-on pour calculer le prix de notre baguette ? Si on répercute les augmentations et qu'on passe la baguette à 2,50 € on ne vendra plus de pain. Les clients doivent aussi faire des choix, c'est compliqué pour tout le monde.
Avec notre métier, on est là pour nourrir la population et le mieux possible en prenant le temps de faire le pain, dans de bonnes conditions.

Que font nos élus ?
J'ai envoyé un courrier au Président de la République et au Ministre de l'Economie le 1er décembre, mais bien sûr je n'ai pas eu de réponse. Où vivent nos hommes politiques, ils ne sont pas sur le terrain.
Mais que font nos députés pour nous pondre des lois comme ça ? Ici on n'a vu personne pour savoir comment ça se passait. Il y a un très gros problème sociétal que ne va aller qu'en empirant. Il y a trop de choses qui vont mal pour arriver à les redresser.
On nous dit qu'il y aura des aides, mais pour l'instant il n'y a encore rien sur les sites du gouvernement et d'EDF. Nous ce qu'on demande ce ne sont pas des aides, mais de pouvoir gagner notre vie à partir de notre travail. Quand je me suis installé en 1982 on avait une certaine marge bénéficiaire et elle s'est réduite chaque année depuis. On gagnait notre vie en faisant des heures jusque dans les années 2000. Aujourd'hui en faisant le même nombre d'heures on ne gagne même pas le SMIC. Notre profession est mal en point, elle se perd et c'est un savoir-faire qui va se perdre avec. Aujourd'hui même si on trouvait quelqu'un pour prendre la suite, nos entreprises sont invendables. Je suis pratiquement à l'âge de la retraite, j'ai fait faire une simulation avec une possibilité de départ en octobre 2023... pour une retraite de 480 € .
Pour l'instant on est dans le flou complet, on attend ces fameuses aides et de recevoir la première facture aux alentours du 15 mars. Pour l'instant on travaille sur le passif, on vend notre baguette à 1,30 € sur les augmentations par rapport à 2022 et non pas 2023.

Malgré cette hausse et celle des carburants vous continuez les tournées ?
Oui on fait encore les tournées, plus comme avant. On regroupe. On les maintient pour le lien social et pour tous ces gens qui nous ont fait vivre au début des tournées.

Des factures indéchiffrables
Nous avons 4 tarifs sur l'année un tarif été et un tarif hiver (du 1er octobre au 30 avril, plus cher) auxquels on ajoute  des heures creuses et des heures pleines. Sur la dernière facture, si on s'en tient à la consommation on est sur 523 € sur une facture HT de 836 € HT pour un TTC de 1023 € avec une TVA à 20%. La différence ce sont des suites de lignes de taxes et d'utilisation du réseau. Si on regarde bien la facture au tarif du KW/H jusqu'ici il n'était pas trop élevé, mais ce sont aussi tous ces à côtés.
Un avenir incertain pour nous boulanger, comme tant d'autres artisans, qui ont vu leurs charges exploser et le porte-monnaie de leur clients se refermer de plus en plus aussi.
D.R.